2007 – 2012

Cours, Conférence, Journées spéciales

Que ça soit lors d’Assemblée ou en cours d’année scolaire, l’apé1020 organise des conférences, destinées principalement aux parents d’élèves.

Samedi 17 novembre 2008 conférence : jeux vidéo sur internet : comment rester raisonnable ? Swiss Gamers Network.

Comment accompagner ses enfants adeptes de ces jeux, quelles limites imposer, en fonction de quels critères ? Entre le jeu, ses règles, le monde virtuel et la vraie vie, y a-t-il des risques de perdre le contact avec la réalité ?

Selon l’association « Swiss Gamers Network », créée par S. Tisseron, une trop grande consommation comporte des risques, mais une pratique raisonnable présente également des intérêts, permet des échanges et le développement de stratégies, comme toutes sortes de jeux. Les parents avertis seront plus à même de prévenir un usage abusif des jeux vidéos, d’identifier les dangers et reconnaître la pratique de leurs enfants.

L’association conseille aux parents de prendre le temps de découvrir ces jeux, de jouer avec les enfants et d’être garants d’une hygiène de vie qui intègre ces jeux, parmi des activités variées. Ainsi, les parents seront-ils à même de vérifier le contenu des jeux, de distinguer avec leur enfants les le monde virtuel du monde réel et d’en fixer des limites adaptées.

Pour davantage d’informations : Swiss Gamers Network, ch. Des Tuileries 11, 1066 Epalinges ou www.swissgamers.net

Brochure disponible à l’adresse suivante : brochure@swissgamers.net

 

« Les métiers n’ont pas de sexe »

Par Sylvie Durrer, du Bureau Cantonal de l’égalité.

La Suisse est au 34ème rang des pays du wef en ce qui concerne l’égalité des sexes. Cela donne à réfléchir.

Comment permettre aux enfants de faire de vrais choix professionnels, à quoi être attentif(ve)s pour qu’ils et elles prennent leur place dans la société, sachent se défendre et puissent s’y épanouir ?

Sylvie Dürer nous souligne l’importance de penser “le genre” dans notre façon d’accompagner nos enfants. “Si on n’a pas un discours sur l’égalité, on laisse la place aux stéréotypes ». En effet, si l’école a fait d’énormes progrès en la matière, si de plus en élus de femmes accèdent à des filières supérieures, les stéréotypes perdurent et se manifestent de différentes manières.

Mauvaise estime de soi des filles, répartition inégale des tâches éducatives et ménagères dans la sphère privée, inégalité salariale (qui se répercute sur le budget des familles). Par ailleurs, on continue de demander aux filles d’absorber l’agressivité des garçons dans les groupes. Quant on voit les ravages de la violence domestique plus tard, ou les difficultés inhérentes aux divorces, ce mauvais partage des responsabilités devrait donner à réfléchir. L’école peut jouer un rôle important pour favoriser une construction de représentations variée et plurielle, qui permette à chacun et chacune de s’y retrouver, et qui favorise l’épanouissement de chacun et chacune, quels que soient les exemples que voient les enfants dans leur famille et leur entourage.

C’est pourquoi le bureau de l’égalité, en collaboration avec le département de l’instruction publique, a créé un outil pour les enseignant(e)s, outil permettant d’aborder ce thème avec les élèves. Cet outil, composé de supports pour discuter des situations et des stéréotypes, est disponible auprès du bureau de l’égalité (« L’école de l’égalité », projet romand des bureaux de l’égalité, 2006/2007)

 

 

Articles récents